The physiocratic theory of taxation
Tipologia : Altre Pubblicazioni
Data pubblicazione : 01/01/1933

The physiocratic theory of taxation

Economic essays in honour of Gustav Cassel, London, G. Allen and Unwin Ltd., 1933, pp. 129-142

 

 

 

1. That the Physiocrats can rightly pretend to have consciously endeavoured to build for the first time a co-ordinated system of economics is perhaps to-day a commonplace dictum.

 

 

There are rivals to the claim to the title of Founders of Economics; but nobody can contest to the Physiocrats the attribute of «conscious» pretenders to the title. The Tableau oeconomique may be incomprehensible, but it is certainly an earnest effort to offer a scheme of the endless and ever revolving process of production and consumption. Here ends, however, their rightful claims; because their celebrated special doctrine of the «produit net», ridiculized at once by the Voltairien satire «L’homme aux quarante écus», fell soon flat under the criticism of the economists, who progressively extended the concept of productivism from agriculture to all other species of human activity. The single tax on the net product theory was not reawakened under the guise of the modern theories of the tax on rent or on unearned incomes. Henry George quoted the Physiocrats among his precursors; but it was a lip-homage and did not avail very much to vindicate Physiocratic theories amid the scientific fraternity.

 

 

The purpose of the present paper is to point out that full justice is not done to the Physiocrats by the identification of their fundamental tax concept with the single tax on the agricultural net product’s tenet. There is in the physiocratic literature, amid much verbose amplification and inexact wording, something which cannot be cursorily identified with the usual textbooks’ time-honoured «single tax» and «net product» shibboleths. In vindicating the Physiocrats against the traditional exposure, I will do no more than reproduce their reasonings in what seems to me their true logical order.

 

 

2. Taxation, let us firstly assert, is not an arbitrary act of man. If taxes are bad, evil consequences follow.[1] The physiocratic approach to the tax problem is truly scientific. They don’t say that tax ought to be such and such by some a priori reason. Only they assert that some taxes are capable of producing some effects, commonly called good; while other taxes will have other results, deemed bad by common consent. And «that is all».

 

 

3. The legal taxpayer is not necessarily the real de facto taxpayer. – If I pay to somebody a 100 francs wage, that is the price of the work done by him, the «necessary» price, viz. the competitive price paid to him in a free market. Should a tax of 100 francs be levied on him, I shall be obliged to raise his wage to 200 francs, in exchange of which I shall receive the same services as formerly I did. Is it not evident, then, that the tax is paid by me and not by the man taxed?[2]

 

 

4. A tax not only may be in the end paid by men different from those legally bound to pay it, but it may even increase the income of some members of the community. – Let us suppose:

 

 

  • That producers are bound to sell the taxed commodity at whatever price;

 

 

  • That the taxpayer’s demand of the taxed commodity is elastic;

 

  • That the taxpayer’s demand is not sufficient to absorb, at the given pre-tax price, all the quantity offered.

 

 

It follows:

 

 

  • That some taxpayers cannot consume the same quantity of the commodity at the old price when a tax on the commodity is directly levied on them;

 

  • That producers will therefore be obliged to reduce the price;

 

  • That the price being the same for all consumers, tax-exempt consumers will benefit by paying a reduced price, which is equivalent to an increase of their incomes.[3]

 

 

The reasoning is noteworthy for the stress put on the consumer’s income, on the different reaction of different classes of income to increases of prices, and on the concept that consumer’s income is the final originator of price variations.

 

 

5. Taxes, if put on unsuitable objects, shift until the reach their proper object.[4] – For instance, the rate of interest is determined on the market by the conditions of supply and demand. Tax cannot change these conditions and therefore does not change the natural market net rate of interest. Tax, however, put on lenders is shifted on the debtors.[5] If a tax reduced the rent of houses under the level sufficient to pay expenses and leaving the usual builder’s profit, the number of houses built would decrease and old houses will by-and-by deteriorate.

 

 

At the end, rents must increase so as to recoup house owners for the tax paid.[6]

 

 

6. Taxes cannot hit production costs; if put on costs, a shifting process necessarily takes place. – The products of the land must firstly maintain the men who till the land or extract the products thereof, who manipulate or transform these products or transport them.[7] Taxes cannot reduce incomes below their natural level.

 

 

7. The shifting of taxes put on unsuitable objects is a costly process, which causes losses of national income. – The adepts of the Physiocratic Sect subtly elaborated the distinction between old known taxes, whose effects may be discounted by entrepreneurs, and new taxes which hit entrepreneurs when already engaged in production. The first are obnoxious enough;[8] but the last are greatly worse.[9] Saint-Péravy, especially, has analysed the difference between the old and the new tax, which, if unforeseen, he calls impôt survénant. Making the hypothesis that the land for each 100 units annually advanced would normally give back to the farmer the same 100 units, plus 10% interest, plus a surplus of 100 units (the doubling, in a rational system of production, of the advances made is a peculiar tenet of the sect, but is not a necessary theoretical feature of their system), Saint-Péravy observes that an unforeseen tax, put on farmers during the currency of their tenancy, reduces their possibility of making advances, and therefore reduces, by a double amount, the annual flow of products; so that in the end landowners would have been vastly better off if they had voluntarily offered to pay, from the very beginning, the tax wrongly laid on farmers.[10] Dupont De Nemours enlarges on the same point, describing in an impressive way the evil consequences of taxes wrongly laid and temporarily not shift able, and concludes with the famous dictum: Indirect (or wrongly laid) taxes make poor the farmers. The poor farmer makes poor the kingdom. The poor kingdom makes poor the king.[11]

 

 

8. The proper object of the tax is that part of the national dividend which is the necessary remuneration of the political class. – Physiocrats, by saying that land alone was capable of creating a net product and that tax ought to be laid exclusively on the same net product, did themselves involuntarily great wrong. Let us for a moment drop the «net product» theory and focus our attention on its characteristics. Then, net product appears simply to be the free income of the landowning class. The income is free or disposable, because the recipient does not receive it as a compensation of an economic service. The recipient of the free income can live without being obliged to work or to attend to economic occupations. His time is therefore free and can be devoted to public service. His income, not being the necessary remuneration of an absorbing occupation, can be diverted in part to public purposes[12]. Nor must we put too much stress on the fact that the «free» income goes to the «landowning» class. Physiocrats lived amid a society whose principal source of free income was land. Capitalists, manufacturers and merchants were too busy with their occupations to have much time left for public service. Capitalists and merchants themselves, when rising to affluency, bought land as a first step to nobility, and wishing to qualify their sons to charges in the Courts of Judicature, in the Army, or in other Public Departments.

 

 

Turgot is at great pain in the effort to distinguish between the man Capitalist and his income. As a man, the capitalist is a member of the free class;[13] but nothing can be retrenched from his income for taxation purposes, because the interest from capital would fall below the level necessary to promote saving and investment.[14] Wages of labour and profits of manufacturers and merchants are not free for State service, neither as to incomes or as to recipients of income. Industrial occupations render the recipients unfit for higher tasks. Interest of capital is at half-way; not disposable as income but apt to allow the recipient enough leisure to attend to public service. Full dignity, however, is reached only by the proprietary class, whose income and time are both free for taxation and State service. According to the Grand Duke of Baden, the income of the landowning class must be devoted: (1) to public contributions; (2) to the upkeeping of the land; (3) to the protection of land cultivators against their oppressors; (4) to useful private expenditure apt to give employment to needy labourers; (5) to the discharge of public duty, without salary or without a salary proportioned to the importance of the services done.[15] The so-called «free» or «disposable» or «gratuitous» income of the landowning class is therefore not free or disposable or gratuitous at all. These are simply words used by physiocrats to connote the underlying fact that there is in the national dividend a part which is not absorbed by the necessary minimum or market remunerations of the «economic» classes, viz. labourers, farmers, manufacturers, merchants, and capitalists. There must be, in the total dividend, a quota which must be devoted to public purposes. In the curious dictionary of the physiocrats free, or «disposable», income means simply an income which, being free from the necessity of maintaining the economic classes, must be devoted to socially important purposes: the conservation and increment of the source of national income, viz. land, the protection and defence of common people, the personal service in the interest of the commonwealth, and the defraying of public expenditure. The language of physiocrats was indeed peculiar, and their ideal of a commonwealth governed by a landowning aristocrat class was the outcome of an epoch which was fast disappearing. The duty of the interpreter is not to enlarge on these peculiarities, but to throw light on the substance of their teaching, which seems to be that in an orderly, progressive society the national dividend reaches a maximum when a sufficient quota is devoted to the maintenance of the political governing class.

 

 

9. The «free» part of the national dividend cannot be entirely appropriated by the State. – If it were, a type of society very different from the physiocrat’s ideal would become dominant. Public services, instead of being performed in part by the independent landowning governing class, ought to be the exclusive duty of State servants paid with the yield of taxes. The State, viz. the hierarchy of public servants – in the Physiocrat’s language, the Prince and his Court – would be the only master and distributor of the «free» part of the national dividend. Evil social and economic consequences would follow. The State must act through salaried officers, who, not being interested in the property and in the maintenance of the land, would rob it during their temporary tenure of office. Riches could only be got through the favour of the Prince. Corruption would be rampant. Ill-gotten riches would be dilapidated or exported to foreign countries. The capital city would immensely grow at the expense of lesser cities and of the countryside. Agriculturists would be discouraged, nobody taking care of the future of the land. The governing class would fall from independence to servitude. Soldiers and judges would become salaried men, servile as other wage-earning classes. Speculators and jobbers only would thrive amid the universal subservience, thus creating an independent republican invisible State in the bosom of the legal Government. The least foreign effort would suffice to overthrow a State impotent through its very omnipotence.

 

 

10. Physiocrats, as is well known, were the theorists of a despotic government. Their despotic Sovereign is, however, only the Agent through which Natural Laws must be ascertained and promulgated. If the Sovereign does not discover the just laws, the Judge, an independent Judge too, must declare them void and without effect. Therefore the Sovereign must not be the universal master of economic affairs. If tax absorbed the whole of the «free» part of national income, disaster would follow. The Sovereign, instead of simply being the declarator of Natural Laws, to be kept in check by the Judge, would become the fountain of all power and favour, thereby conducing human society to a decadent state.[16]

 

 

11. Tax, if kept within its rational limits, is not a burden at all. On the contrary, is a condition toward the maximization of the national dividend. – It was Mercier de la RiviŠre who stated, better than any other member of the sect, the general physiocratic feeling about the true nature of the tax. If the general chain of reasoning thus far laid down is correct, viz. if tax is not the arbitrary act of man, and put on unsuitable objects, is shifted until it reaches its proper object; if that object is that part of the national dividend which is the necessary remuneration of the political class, and if the State can appropriate directly only a portion of such remuneration; then it follows logically that taxes are not a burden at all. «I regret giving to public revenue the name of tax, because tax is always a bad announcement of a crushing burden, of which everybody wishes to be exempt. Public revenue, on the contrary, is not frightful at all. If we go back to its origin, we see that tax is born out of its very utility».[17]

 

 

Taxes are useful to farmers because it is indifferent for them to pay the rent wholly to landowners or partly to these and partly to the State, and they get in return protection from the Sovereign. Landowners are not burdened, because their rent would have been vastly lower if public protection did not make possible investments and betterments in the land cultivation. Taxation is useful to wage-earners, because without it no wage-paying enterprise could be started.[18]

 

 

12. The only modification that needs be introduced in the physiocratic tax theory is a formal one. They presumed to have discovered in the rent of land the true object of taxation. Theirs was, indeed, only an historical, contingent identification. The economists who followed them identified, in their turn, the physiocratic with the ricardian rent of land, and easily concluded that it was not a proper nor a sufficient object of taxation. There is not, however, the slightest basis for such an identification. The Ricardian rent is a differential quantity, the outcome of the equal market price of goods produced at different costs. We may stretch it so as to include other differential or even monopoly incomes, but we cannot get rid of the idea that such differential or monopoly incomes are the result or fruit or consequence of some peculiar circumstances or qualities or characteristics of the land or other privileged sources of income. It may be argued that such incomes can be conveniently appropriated by the State; that they are the least inconvenient or, may be, the best object of taxation; we never get rid of the idea that even the best-laid tax is a burden on somebody. The true physiocratic contribution to the theory of taxation was fundamentally different. They argued that the national dividend included an unknown quantity – let us forget for a moment their shibboleths about the net product – which was the remuneration of the political class. That unknown quantity is not the property of farmers, wage-earners, manufacturers, capitalists, etc., because it is the fruit of the work done by the political class, acting either individually or collectively, through the agency of the State. The devolution, through the device of taxation or otherwise, of the unknown quantity to the political class and to the State is not a burden on the taxpayers, any more than the devolution of wages to wage-earners or of interest to capitalists or of profit to entrepreneurs is a burden on other classes.

 

 

It is firstly a problem of producing and then of distributing the whole national dividend to all the interested parties. It is not correct, from the point of view of the history of economic theory, to make a fuss about the obsolescent features of the physiocratic theory. We may not accept their identification of the «unknown quantity» with the so-called «net product», and of the political class with the remnant of the old feudal proprietary class in the eighteenth-century France. We are bound to take account of the inner true signification of their creed. I don’t say that physiocrats were the first and the only economists who formulated correctly the taxation problem. It cannot be gainsaid that theirs was the first conscious endeavour to formulate correctly that problem as a problem not of a burden laid on individual producer’s shoulders for the sake of keeping the consumptive governmental machine going, but as a problem of distribution between productive agents – the State being counted among them according to his proper nature – of a total national dividend produced by the same agents. Hints may be traced here and there to older writers; the full conscious formulation of the principle is first found in the physiocratic literature.

 

 



[1]«Il ne dépend pas des hommes d’asseoir l’Impôt selon leur caprice… Personne ne conteste aux ignorans le pouvoir physique de tomber dans de grandes erreurs; mais les loix naturelles les soumettent alors … des punitions très sévères, inévitablement attachés à ces erreurs, et c’est tout ce que l’on veut dire ici». – Dupont De Nemours, De l’origine et des progrès d’une science nouvelle, 1768, p. 40; ed. Paris, 1910, p. 20.

[2]«J’ai à mes gages un homme à qui je donne 100 francs, parce que 100 francs sont le prix nécessaire de sa main-d’œuvre, le prix fixé‚ par une concurrence établie sur une grande liberté‚: ces 100 francs sont à lui; il les reçoit de moi en ‚change d’une valeur de 100 francs en travaux: ‚établissez sur lui un impôt de la même somme; il ne pourra plus vivre, à moins que je ne lui donne 200 francs. Cependant pour ces 200 francs, je ne recevrai de lui que les mêmes travaux, que la même valeur qu’il me donnait auparavant; il y aura donc la moiti‚ de cette somme que je lui donnerai sans qu’il l’achète, et dont il se servira pour payer l’impôt: d’après cela n’est-il pas sensible que c’est sur moi que l’impôt retombe, et non pas sur lui? Tout impôt acquitté‚ par un salarié‚ dont les salaires augmentent en proportion, n’est certainement point support‚ par le salarié‚; cet impôt est … la charge de ceux qui, par l’augmentation de ses salaires, lui fournissent gratuitement les moyens de payer». – Mercier De La Rivière, L’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 1767, ii, pp. 112-13.

[3]«A l’égard d’un impôt sur la vente des productions cueillies dans l’intérieur de la nation, et dont le commerce reste libre cependant entre le vendeur et l’acheteur, comme il n’est pas possible d’y assujettir toute une même espèce de productions, il en résulte un inconvénient singulier: cette marchandise diminue de prix non seulement pour les consommateurs qui ne peuvent se la procurer qu’en payant des droits; mais encore pour tous lesautres qui n’ont point de droits à payer, en supposant néanmoins que cette production ait besoin de cette première classe de consommateurs. Chaque lieu ou se cueille une production est une sorte de marché‚ public formé‚ par la concurrence des vendeurs: là, chacun achète au même prix, toutes choses égales d’ailleurs; et la concurrence des acheteurs établit un prix courant qui devient une loi commune: que vous ayez des droits à payer après l’achat, ou que vous n’en ayez point, vous n’achetez ni plus ni à meilleur marché‚Ainsi dès que parmi les consommateurs dont le débit d’une production a nécessairement besoin, il s’en trouve qui sont chargés de payer des droits, ils sont forcés de diminuer le premier prix d’achat; et cette diminution fait tomber également le prix courant de cette production pour tous les autres acheteurs. Je dis que les consommateurs sujets aux droits sont forcés de diminuer le premier prix d’achat, et cela est facile à concevoir: l’établissement de ces droits n’augmente point, dans ces consommateurs, les moyens qu’ils avoient pour dépenser; il faut donc qu’ils achètent cette production moins cher, ou qu’ils en achètent une moindre quantité, la surabondance de cette production en fait nécessairement diminuer la valeur. Impossible donc d’empocher que le prix de cette production ne diminue et ne diminue pour tous les acheteurs indistinctement». – Mercier De La Rivière, L’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 1767, II, pp. 208-10.

[4]«Quand on veut, disait un grand ministre, tirer les choses de leur centre et de l’élément qui leur est propre, il faut de la force, il faut du travail; mais elles se replacent d’elles-mêmes». – Mirabeau, Théorie de l’impôt, 1760, p. 359.

[5]«La proportion entre les prêteurs et les emprunteurs est la seule cause décisive du prix de l’argent ou de son intérêt. La loi ne pouvant pas changer la raison de ce concours général, le taux des contractants se rendra toujours indépendant de son autorité. L’emprunteur ne doit pas mieux réussir à forcer le préteur de subir la diminution de l’impôt sur son intérêt, que de prêter à un fur plus bas que celui du concours général. On ne peut pas plus le présumer manomètre de la première condition que de la seconde. Ainsi le fur naturel de l’argent prenant toujours l’ascendant sur le fur l’égal qui s’efforce en vain de le saisir et de le fixer, la reprise de l’impôt sur les rentes est calculé par le préteur, et exigé par lui en sus du fur naturel; ce qui le fait renchérir et retomber sur l’emprunteur qui s’abuse, s’il prétend le gagner». – Saint-Péravy, Mémoire sur les effets de l’impôt indirect sur le revenu des propriétaires des bien-fonds, 1768, p. 66.

[6]«Le terrein sur lequel elles (les maisons) sont construites; les matériaux qui les composent, et la main-d’œuvre qu’a cout‚ leur arrangement, représentent le capital qui forme leur valeur. Cette manière de l’employer ne peut être censée avoir été adoptée par personne, que dans la certitude d’en retirer un profit combiné‚ avec celui de ces autres emplois, et en raison de leur solidité‚. Rien ne doit pouvoir diminuer cette proportion. Ce n’est point l’impôt qui doit réussir à l’affaiblir; il est incontestable qui il doit être aux dépens du locataire en renchérissement des loyers. En effet, supposez un instant qu’il soit retenu aux possesseurs des maisons, en d’éduction des baux; alors l’emploi de l’argent en bâtisse deviendrait moins favorable que tous ceux dont il est susceptible dans les mains de l’industrie; aussitôt on cesserait de construire de nouvelles maisons; on refuserait même de rebâtir celles que le feu et la vétuste‚détruiraient; conséquemment le nombre en diminuerait, jusqu’à ce que la demande en concurrence des locataires, eût lev‚ le prix des loyers au pair de l’indemnité de l’impôt en faveur des possesseurs de maisons». – Saint- Péravy, pp. 68-69.

[7]«1. A la subsistance de ceux qui les font nôtre. 2. A la subsistance de ceux qui les façonnent. 3. A celle de ceux qui les voiturent; ce qui comprend Agriculture, Industrie et Commerce. Toutes ces parties sont de droit franches, libres et immunes». – Mirabeau, p. 424.

[8] “Si l’on ‚établissait des impositions sur les personnes, sur les marchandises, sur les dépenses, sur les consommations; la perception de ces impositions serait fort couteuse; leur existence gênerait la liberté‚ des travaux humains, et augmenterait nécessairement les frais de Commerce et de culture.

 

 

«Cette augmentation de frais de commerce et de culture, ces taxes dispendieuses entre la production et la consommation, n’augmenteraient la richesse d’aucun acheteur-consommateur, et ne pourraient faire dépenser … qui que ce fut plus que son revenu.

 

 

«Elles forceraient donc les acheteurs à mésoffrir sur les denrées et les matières premières, en raison de la taxe, et de la perception couteuse de la taxe, et de l’accroissement de frais intermédiaires de commerce et de fabrication que la taxe et sa perception occasionneraient.

 

 

«Elles feraient donc baisser nécessairement d’autant le prix de toutes les ventes de la première main.

 

 

«Les cultivateurs qui font ces ventes se trouveraient donc en déficit dans leur recette, de toute la diminution du prix de leurs denrées et matières premières.

 

 

«Ils seraient donc forcés d’abandonner la culture des terrains mauvais ou médiocres, qui avant la diminution du prix des productions, ne rendaient que peu ou rien par de-là le remboursement des frais de leur exploitation, et qui par cette diminution de la valeur des récoltes ne pourraient plus rembourser ces frais nécessaires pour les cultiver. De-là à naîtrait une première et notable diminution dans la masse totale des subsistances, dans l’aisance du Peuple, et bientôt dans la population.

 

 

«Les cultivateurs seraient forcés en outre, de retrancher, ou sur le revenu des propriétaires, ou sur les dépenses de leur culture, une somme ‚gale au déficit qu’ils éprouveraient dans leur recette». – Dupont De Nemours, 1768, pp. 42-43; 1910, pp. 21-22.

[9]«Mais si l’imposition augmente pendant le cours du bail du fermier, elle enleve les avances d’exploitation avec un progrès très rapide; elle ‚teint le produit total qui doit fournir le revenu, restituer les reprises du fermier, payer les salaires au ouvriers employés à la culture, et entretenir les engrais de la terre; alors les biens se détériorent et tombent en non valeur. Ainsi l’imposition qui enleve les richesses d’exploitation, est une dévastation qui ruine les fermiers, qui anéantit les revenus des propriétaires et du souverain et qui ‚teint la rétribution dont subsistent les autres classes d’hommes». – Mirabeau, pp. 477-78.

[10]«Pour peu qu’on examine le sort des fermiers, qui, pressés par la création d’un nouvel Impôt, n’ont d’autres ressources pour y satisfaire que leurs reprises composées de leurs avances annuelles avec leurs intérêts; si le genre de leur culture n’est fond‚ que sur des avances annuelles, il n’est pas douteux qu’ils commenceront pour sacrifier ces intérêts pour ne point entamer leurs avances; mais au moindre accident dans les récoltes, ne trouvant plus dans ses intérêts les secours qu’ils dévoient leur ménager, et qui ne leur avoient été accordés que pour ces moments de crise, ils sont forcés d’entamer leurs avances elles-mêmes. Alors la reproduction suivante sera diminuée en raison de deux cents dix pour cent de ce qu’ils auront commencé‚ à en sacrifier. Avec une récolte aussi affaiblie, il ne leur est plus possible de se remettre au pair en reportant la dépense du nouvel impôt sur les seuls intérêts des avances pour l’année suivante. Le vuide de la récolte qu’ils supportent seuls par le droit injuste conservé‚ aux propriétaires de refuser de leur en tenir compte pendant le cours des baux, les réduit à ne pouvoir plus payer l’impôt qu’en reprenant de nouveau sur leurs avances: elles seront diminuées chaque année, non-seulement de la reprise répétée de l’impôt; mais encore du vuide de la reproduction qui sera augment‚ progressivement jusqu’au moment de l’échéance des baux; alors presque ruinés ils ne pourront plus former d’engagements avec les propriétaires, que conséquemment à la faible culture que l’épuisement de leurs richesses d’exploitation leur permettra de soutenir, et après leur avoir précompté‚ la charge du nouvel impôt». – Saint-Péravy, pp. 161-63.

[11]«Si les baux qui engageraient les cultivateurs vis-à-vis des propriétaires, avaient plusieurs années à courir, et si les premiers ne pouvaient les résilier; la dégradation deviendrait progressive, et d’autant plus rapide que le cultivateur serait forcé de payer tous les ans le même loyer et la même imposition, sur une récolte affaiblie tous les ans par l’effet de ces payement, auxquels il ne pourrait satisfaire qu’en retranchant tous les ans sur les dépenses de sa culture.

 

 

«Cette dégradation, si redoutable à la population, retomberait nécessairement à la fin sur les propriétaires fonciers et sur le Souverain, soit par la ruine des entrepreneurs de culture, soit par l’expiration de leurs baux.

 

 

«Ceux des entrepreneurs de culture auxquels il resterait encore le moyen de renouveler leurs baux, instruits par l’expérience, stipuleraient de manière à se dédommager des pertes qu’ils auraient essuyées, ou du moins à ne pas s’exposer à en faire de pareilles à l’avenir. Leurs facultés affaiblies ne leur permettant pas de conduire leur exploitation aussi avantageusement que par le passé, ils ne s’engageraient qu’en raison de l’impuissance où les aurait réduits la perte d’une partie de leurs richesses, de la diminution arrivée dans le prix des ventes de la première main, et de la surcharge de l’imposition indirecte et des frais de sa perception.

 

 

«L’appauvrissement de ces entrepreneurs de culture, et la ruine des autres auxquel il ne resterait plus la faculté‚ de faire les avances des frais de l’exploitation, détournerait les hommes riches de se livrer … une profession qui ne leur présenterai que la perspective de la perte de leur fortune. La culture de la plus grande partie des terres resterait abandonnésà des malheureux manouvriers sans moyens, auxquels les propriétaires fonciers seraient obligés de fournir la subsistance. Alors, impossibilité‚ de se procurer des animaux vigoureux pour exécuter les travaux avec force et avec célérité, et des bestiaux en assez grande quantité‚ pour fumer les terres; disette des engrais nécessaires; insuffisance des réparations et de l’entretien indispensable des bâtiments, des fossés, etc.; extinction presque entière des récoltes, des subsistances, de la population, du produit net qui constitue la richesse des propriétaires fonciers, du revenu public qui ne peut être qu’une part de ce produit net, de la puissance du Souverain qui est fondée sur le revenu public.

 

 

Impositions indirectes; Pauvres Paysans. Pauvres Paysans; Pauvre Royaume. Pauvre Royaume; Pauvre Souverain. – Dupont De Nemours, 1768, pp. 46-48; 1910, pp. 22-23.

[12]«Produit net, qui est la part qui revient au propriétaire, et qui fait qu’il peut vivre sans travailler et que sa personne devient par làdisponible». – Carl Friedrich Granduc De Bade, Abrégé‚ des principes de l’‚économie politique, Carlsrouh, 1786, p. 23.

 

 

«La part du propriétaire ou le revenu avec lequel celui-ci peut vivre sans travail, et qu’il port où il veut à La classe des propriétaire [est] la seule qui n’‚tant point attachée par le besoin de la subsistance à un travail particulier, puisse être employée aux besoins généraux de la société, comme la guerre et l’administration de la justice, soit par un service personnel, soit par le paiement d’une partie de ses revenus avec laquelle l’Etat ou la société soudoie des hommes pour remplir ces fonctions. Le nom qui lui convient le mieux par cette raison, est celui de classe disponible». – Turgot, Réflexions sur la formation et la distribution des richesses in Oeuvres, 1808, v, pp. 15-16.

[13]Le capitaliste prêteur d’argent appartient, quant’à sa personne, à la classe disponible (Title of Chapter 93 of Réflexions, v, p. 119).

[14]«Cette rétribution doit àêtre sacrée et jouir d’une immunité‚ entière, parce qu’elle est le prix d’une avance faite à l’entreprise, sans laquelle l’entreprise ne pourrait subsister. Y toucher, ce serait augmenter le prix des avances de toutes les entreprises, et par conséquent diminuer les entreprises elles-mêmes, s’est-à-dire, la culture, l’industrie et le commerce». – Réflexions, v, p. 122.

[15] See in the Abreg‚ of the Grand duke of Baden (p. 33) the following table:

 

 

LE DROIT

que la classe propriétaire a de jour du revenu, suppose de même

DES DEVOIRS

qui sont:

 

 

1. L’acquit fidele de ses charges.

 

Qui consistent à contribuer auxcharges publiques, et à entretenir les avancesfoncières.

2. La protection de tous les droits de ceux qui vivifient la propriétéfoncière.

 

C’est d’être juste envers le cultivateur, et de le protéger contre les erreurs publiques et lesinjustices privées,par le recours àl’autorité, et laconnaissance desdroits et desdevoirs sociaux.

3. Le service gratuite envers la société.

 

C’est de vaquer… quelques unes des parties qui rentrent dans les trois points qui renferment les besoins sociaux et cela, sans exiger un salaire proportionné au besoin absolu de sa subsistance.

4. La juste distribution de ses dépenses, d’ou dépendent le droit et le patrimoine d’une grande portion de la société.

 

Il y a une juste direction des dépenses, et une autre qui est nuisible, et par conséquent injuste.

 

[16]On the fatal connexion between economic State omnipotence, political despotism and social decadence, physiocrats wrote eloquent pages, of which the following, due to the Marquess of Mirabeau (Th‚orie de l’impôt, 1760, pp. 167-71, and again in the résumé, pp. 449-51), is perhaps the best: «Si le Prince, dit-on, enlevait par un impôt exorbitant tous les revenus, quel mal en arriveroit-il? Les revenus ne rentreroient-ils pas annuellement par ses dépenses dans la circulation, et ne feroient-ils pas vivre de la sorte toutes les classes d’usufruitiers, de gagistes, d’artisans, et de travailleurs de tout genre?

 

 

«Il en arriveroit, 1. Qu’il n’y auroit plus qu’un centre de distribution, et qu’une ville dans le Royaume.

 

 

«2. Qu’on ne seroit occupé qu’à n’est qu’un, et ne saurît régir avec indépendance que ce qu’il voit et touche, le propriétaire universel seroit dépendant pour toute la portion de sa propriété qui seroit hors de sa portée. Le Gouvernement des biens seroit donc livréà l’Agence, c’est-à- dire, à des particuliers à qui la propriété seroit étrangère et qui ne penseroient qu’à leur propre fortune, et à celle de leurs coopérateurs dans l’œuvre d’iniquité.

 

 

«4. Tout agent qui songe é son propre fait, est forcéé conniver aux déprédations des autres, d’ou s’ensuit que tout é la Cour dégénereroit en brigandage.

 

 

«5. Que ceux que le Souverain enrichiroit, précipiteraient les dépenses du cité du luxe de décoration et de fantaisie, attendu que le bon usage des richesses mal acquises est un phénomène ici bas, attendu encore que pour sentir le prix de la richesse, il faut l’avoir péniblement acquise.

 

 

«6. Le petit nombre même d’entre ces privilégiés, qui voudroient acquérir des biens et assurer des revenus à leur postérité, porteraient leur richesses chez l’étranger, sachant bien que rien n’est assuré dans le pays, ou chercheraient à se faire des fonds sur l’Etat, fonds d’une nature sourde et fragile, mais rongeurs des gains et des facultés d’autrui, et par làmême, ressorts actif de la révolution.

 

 

«7. La culture livrée … des manœuvresprécaires et par tant de voies accumulées privée des richesses, ne feroit que languir, les revenus diminueroient chaque jour, et s’anéantiroient enfin.

 

 

«8. Les Courtisans et les Favoris profiteroient de l’enfance et de la caducité‚ des Souverains pour s’emparer des revenus du fisc, et pour acquérirune puissance dangereuse à l’Etat et au Souverain.

 

 

«9. La noblesse, sans patrie et sans possessions, seroit réduite à un service militaire purement mercénaire, tandis que la solde équitable et l’entretien nécessaire seroient refusés au soldat.

 

 

«10. La magistrature, n’ayant plus de propriétés, la Justice seroit vénale, et les loix même seroient un mal; car il ne faut plus de loix, où il n’y a plus de propriété, et le vain simulacre de celles qui demeureraient encore, ne seroit plus qu’un spectre favorable à l’injustice: je le répète, il ne faudroit plus de loix, et sans loix que devient la société et l’Etat?

 

 

«11. Il n’y auroit que les commerçants qui, indépendamment d’une constitution d’Etat si désunie, si bouleversé et si passagère, pourroient assembler des richesses, et se former par leurs correspondances avec les autres nations, des possessions où des propriétés assurées. De là naitroit dans la Nation, un Etat républicain et nécessaire, qui éluderait la domination absurde et désordonne.

 

 

«12. L’oppression enfin ayant appris au peuple le secret de Diogène, de jeter sa tasse et de boire dans le creux de sa main, il s’abandonneroit à la paresse et à une orgueilleuse indigence, et vivroit dans l’oisiveté‚ et dans l’indépendance. Le tableau de l’Etat et de la société ne conserveroit plus que le cadre facile … rompre par le moindre effort ‚étranger à.  En un mot, un Etat ou le tribut enleveroit le revenu du territoire, seroit un Etat en pleine anarchie, sans consistance et sans durée».

[17]«C’est à regret que je donne au revenu public le nom d’impôt: ce terme est toujours pris en mauvaise part; il annonce une charge dure à porter, et dont chacun voudroit être exempt; le revenu public au contraire à, n’a rien d’affligeant; en remontant à son institution, on voit qu’elle est le fruit de son utilité». – Mercier De La Rivière, L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 1767, ii, p. 40.

 

 

For a modern formulation of the non-burden tax theory, see my Osservazioni critiche intorno alla teoria dell’ammortamento dell’imposta e teoria delle variazioni nei redditi e nei valori capitali susseguenti all’imposta in Atti della Reale Accademia delle scienze di Torino, vol. 54, 1918-19, and Contributo alla ricerca dell’ottima imposta in Annali di economia dell’Università commerciale Bocconi, Milano, 1929.

[18]«Par cette forme les cultivateurs payent selon leurs engagemens libres et volontaires la valeur du produit net é ceux qui en sont propriétaires. Il leur est très-avantageux qu’une partie de ce produit net passe entre les mains de l’autorité Souveraine; puisque c’est l’unique moyen de mettre cette autoritéà portée de protéger leurs droits de propriété. Et cela ne leur est nullement à charge; puisqu’ils n’ont aucun droit de propriété sur le produit net, qu’ils sont contraints par la concurrence d’en tenir compte en entier à qui il appartient, et que peu leur importe qu’une partie de ce produit net s’appelle impôt, tandis que l’autre s’appelle fermage, pourvu qu’on n’exige rien d’eux au-del à du produit net, et que leurs reprises soient toujours franches, intactes et assurées.

 

 

«Par cette forme les propriétaires fonciers qui paraissent payer l’impôt sur leurs revenus, le payent au contraire sur une augmentation de richesses disponibles ou de produit net qui n’existerait pas sans l’établissement de l’impôt; puisque c’est la sûreté‚ que l’impôt donne à la propriété, qui a seule pu soutenir et favoriser les entreprises et les travaux, par lesquels la culture est parvenue au point de faire naître un produit net tant soit peu considérable.

 

 

«Par cette forme l’impôt, auquel appartient une part proportionnelle du produit net, est donc très-avantageux aux propriétaires fonciers; puisqu’il ‚tend leurs richesses et les jouissances qu’ils peuvent se procurer. Il forme une espèce de propriété commune inaliénable; il n’entre dans aucun des contrats que les propriétaires fonciers passent ensemble; lorsqu’ils achètent et vendent des terres, ils n’achètent ni ne vendent l’impôt, ils ne disposent que de la portion du produit qui leur appartient, l’impôt prélevé. Ainsi l’existence de cet impôt n’est pas plus à charge à aucun des propriétaires fonciers que le droit qu’ont les autres propriétaires sur les domaines qui limitent le sien.

 

 

«Par cette forme l’impôt est très-avantageux … la classe des hommes qui ne subsiste que de salaires; puisqu’il leur procure la sûreté‚ et la jouissance de toute l’‚tendue de leurs droits de propriété personnelle et mo biliaire. Et il ne leur est nullement à charge; puisque loin de retrancher rien de la somme des salaires, ni de la facilité‚ de les obtenir, il en augmente la masse par l’augmentation des richesses, qui résulte de l’assurance complette de tous les droits de propriété.

 

 

«Par cette forme la liberté des travaux humains est la plus grande qu’il soit possible; la concurrence, entre tous ceux qui font exécuter, et entre tous ceux qui exécutent ces travaux, la plus ‚tendue qu’il soit possible; l’‚tat des propriétaires fonciers le meilleur qu’il soit possible; la multiplication des richesses, et du produit net, la plus rapide qu’il soit possible; et par conséquent le revenu public toujours proportionné au produit net, sans cesse augmentant, le plus considérable qu’il soit possible». – Dupont De Nemours, 1768, pp. 57-60; 1910, pp. 27-28.

Torna su